UMP Lyon, Droite Sociale Rhône

Archives mensuelles : juin 2007

La réforme des universités a été dévoilée mercredi dernier par Mme la ministre Valérie Pécresse.

Dans ce projet, certains points comme la sélection en 1ère année de master et le nombre de représentants ont été, modifié pour le second, supprimé pour le premier.

Si j’admire l’ouverture d’esprit et le dialogue dont a fait preuve Valérie Pécresse, je m’interroge sur le « pourquoi ça coince » du côté syndicat étudiant UNEF (qui n’a d’étudiant que le nom).

Je commence tout d’abord sur la sélection en 1ère année de Master, je pense et ceux qui comme moi sortent d’études longues, tout comme ceux qui sont encore dans le cursus scolaire seront d’accords , que cette sélection existe déjà dans plus de la majorité des cas.

Pour vous en convaincre, un petit tour sur une université que je connais bien : l’UPMF Grenoble et sa page de présentation des masters.

Sur les 36 Masters dont l’entrée peut se faire en 1ère année, 11 se font par simple réinscription pour les L3, 9 via une Commission de Validation d’Acquis, 15 par dossier (ou test), et un se fait par simple réinscription pour les étudiants venant de l’université, par une commission de validation d’acquis pour les autres. Bref, cette sélection existe pourquoi l’UNEF s’étonne ?

La réponse vient sans doute dans mon développement sur le 2ème grief: le nombre de représentants dans les différents conseils. Pourquoi l’UNEF monte au créneau sur un passage à 20 représentants (maintenant 30), alors que lorsqu’ils sont élus, les représentants de l’UNEF ne siègent pas ! J’en veux pour preuve, mes 2 ans passés au CEVU et surtout au conseil d’UFR, où le seul syndicat présent à 100% des séances était Interasso. Je m’interroge, et je comprends maintenant pourquoi ce syndicat est si peu informé de la réalité des FACs.

Partager/Enregistrer

Volte face, mercredi 20 juin dans l’émission Question d’info, lorsque Mme Royal nous a gratifié d’un magnifique exemple d’hypocrisie. En effet, en qualifiant d’« idées qui ne sont pas crédibles » la généralisation des 35h et le SMIC à 1500 brut, elle faisait preuve de revirement puisqu’il y a quelques semaines encore, elle les défendait mordicus. Que ces idées ne soient pas crédibles, ce n’est pas un scoop, nous l’avions souligné durant la campagne des présidentielles, mais c’est l’hypocrisie de Mme Royal qui choque ! Quelle crédibilité apporter à cette personne après ça ? Quel désaveu pour sa soi disant sincérité !

J’avais il y a quelques mois dénoncé sur le blog de Philippe l’hypocrisie et le côté démagogue des fameux débats participatifs (qui selon moi n’étaient qu’une mascarade organisée pour faire plaisir), m’interrogeant sur le devenir des idées qui n’étaient pas les siennes, et quand on voit comment elle les traîne aujourd’hui dans la boue, je pense avoir eut une réponse, et je ne peux que me réjouir du résultat du 6 mai.

Utilisateur quotidien des TER entre Vienne et Lyon, je sais que, dans le cadre du pôle multimodale, des aménagements pour les personnes à mobilité réduite est prévue sur les quais, et notamment au niveau des sous terrain. Mais à ce sujet, ce dernier souffre d’autres problèmes:
Je passerais l’évacuation d’eau et les odeurs, pour m’attarder sur la saturation de ce dernier. En effet, le soir à la sortie du train 17713, une grosse file d’attente se créé à l’entrée avec le risque de bousculade et d’accident dans les escaliers. Pire encore, les personnes voulant prendre le train en question pour descendre en direction de Valence, ne peuvent que très difficilement emprunter ce tunnel. Bref, est ce qu’un second tunnel est à l’étude ? Est ce qu’un 2° escalier pour l’accès au tunnel (sur le quai 1 mais aussi sur le quai 3) est envisageable ?

Mr Binet, je constate que vous n’avez pas retenu les raisons de votre échec (oui échec, car le mot est juste) du 1° tour. Il serait temps de comprendre que les électeurs ne veulent pas d’un député qui ne propose qu’une opposition frontale plutôt qu’un vrai projet, qui agite un pseudo contre pouvoir alors que dans une situation inversée (comme en 1981) ce cher contre-pouvoir ne le préoccuperait guère. Mr Binet, vous vous trompez vraiment combat.

Monsieur Binet, pouvez-vous, s’il vous plait avoir un discourt cohérent ? Lorsque vous parlez d’équilibre des pouvoirs et de temps de parole, mais avez vous lu la constitution concernant le rôle de l’assemblée nationale et le règlement de cette dernière ? J’en doute, car dans le cas contraire vous sauriez que :

  1. L’Assemblée nationale n’a qu’un rôle législatif, partagé avec le sénat. Quid de votre soi-disant absence d’équilibre des pouvoirs ?
  2. « Le temps de parole de chaque orateur est limité à dix (10) minutes. Toutefois, au regard du nombre d’orateurs inscrits, le Président de l’Assemblée nationale peut décider de limiter ce temps de parole à trente (30) minutes par groupe parlementaire. »

Là encore, une petite visite sur le site du CSA pour voir les règles concernant le temps de parole des membres de l’opposition, et votre argumentaire s’effondre:

« le temps d’intervention des personnalités de l’opposition parlementaire ne peut être inférieur à la moitié du temps d’intervention cumulé des membres du gouvernement et des personnalités de la majorité parlementaire. »

Donc, même si je suis synthétique, vous concédez que j’ai raison. Il reste que l’histoire que vous faites en 2007 n’a pas été faite en 1981.

Concernant la TVA sociale, voici un extrait du monde, afin d’éviter les aberrations lues sur votre blog:

L’idée vient d’Allemagne. Le principe est d’affecter au financement des budgets sociaux une partie des recettes de l’impôt sur la consommation qu’est la « taxe sur la valeur ajoutée », plutôt que d’augmenter les cotisations sociales, prélevées sur les salaires. Mieux : la hausse de la TVA – dont chaque point de pourcentage rapporte une dizaine de milliards d’euros au budget de l’État –, doit même permettre de baisser les cotisations sociales, donc de relancer la compétitivité de l’industrie française.

Le mécanisme est simple : les produits fabriqués en France, qui supporteraient des coûts du travail plus faibles (du fait de la baisse des charges sur les salaires), seraient en principe vendus moins cher hors taxe, et grosso modo au même prix après l’application de la nouvelle TVA – la hausse de celle-ci étant compensée par la baisse des coûts. Les produits importés, eux, dont le coût de fabrication ne changera pas, devraient être plus chers pour le consommateur. « Ce transfert aurait le grand mérite de faire participer les importations au financement de la protection sociale (…) et pourrait sauver ou créer des centaines de milliers d’emplois en France, et permettre de voir à nouveau des usines ouvrir dans notre pays », affirme François Fillon, qui a rebaptisé hier la TVA sociale « TVA antidélocalisations « .

Je pense que sur les produits courants: Pain, nourriture, etc. qui représentent la majorité des dépenses, les Français, consomment des produits français, donc pas de hausse. Par contre, en ce qui concerne les produits Hi Tec oui ce sont des produit importé, mais bon, comble du hasard, il s’agit de produit globalement de luxe, donc…

La blague du jour nous vient de Mr Binet : vous savez comment on appelle une lourde défaite: un résultat qui prépare l’avenir ! Non vous ne rêvez pas, ce sont ses propres mots sur son blog (celui où règne la censure, souvenez-vous). On savait le PS particulièrement de mauvaise fois, mais là on bat sans doute tous les records.

Pourtant, les chiffres sont clairs, à 53,51%, la victoire de Mr Remillier est nette. De plus, lorsque l’on compare les voix recueillies par Mr Remillier entre 2002 et 2007, pas besoin d’être experts pour voir que 28 338 voix en 2002 est inférieures aux 30 374 voix de 2007. Sans compter que, sur Vienne, Mr Remillier reste stable en nombre de voix. Preuve que sa politique n’a pas connut la traditionnelle usure des années.

Alors s’il vous plait Mr Binet, arrêtez de prendre des vessies pour des lanternes, ayez une réaction adulte et ouvrer les yeux, ça changera.

Twitter
Recherche
Galerie photo
Archives