Militant de la droite lyonnaise

Archives mensuelles : décembre 2009

Entete C1 plus

www.vienne.c1plus.com est un service d’information par SMS proposé gratuitement aux habitants de Vienne et du Pays Viennois.
Instauré par la Jeune Chambre Economique de Vienne  et sa Région et ses partenaires, il est destiné aux habitants, aux jeunes, aux nouveaux arrivants, gratuitement pour tous.

Vous souhaitez être informé sur votre mobile des principaux évènements de votre région ? Inscrivez-vous sur notre site et recevez régulièrement les infos qui vous intéressent.
A vous de choisir vos thèmes et le nombre de SMS que vous allez recevoir !

C1 Plus sorties Lieux, manifestations sportives, culturelles, spectacles…
C1 Plus Gourmand Restos, produits du terroir…
C1 Plus achats Les bons plans et nouveautés en avant-première …
C1 Plus Infos pratiques Transports, travaux, environnement…
C1 Plus Vie économique Forum, débats, rencontres…

Le SMS, sur Vienne et le Pays Viennois, C’est un plus !
Pour vous inscrire, rendez vous sur http://www.vienne.c1plus.com

Pour annoncer vos évènements, contactez la Jeune Chambre Economique de Vienne et sa Région

Conformément à la loi Informatique et Liberté, vous disposez d’un droit de modification sur ces informations.
Modification et Désinscription : sur le site http://www.vienne.c1plus.com

Le parti socialiste, par la voix de Martine Aubry a tranché hier soir, il n’y aura pas de liste alternative à celle de Georges Frêche, ce dernier sera donc de fait, le candidat du PS aux élections régionales en Languedoc-Roussillon. Le PS continue donc sur la voie de l’hypocrisie en soutenant un président de région exclu pour la forme, on le voit aujourd’hui.

Mais après tout, pour gagner une région, le PS est prêt à tout, même cautionner les propos de Mr Frêche sur « le nombre de blacks trop élevé en équipe de France », sur les insultes contre les Harkis, des « sous hommes » selon lui. Il serait dernièrement aller revisiter l’histoire en qualifiant de « villégiatures » les camps de prisonniers allemands (source).

Bref, si le PS est le premier à jouer les moralisateurs de la république, il serait peut-être préférable qu’ils ballaient le bas de leur porte avant ! Espérons que les Français seront sanctionner ce parti aux vagues relents nauséabonds

Georges Frêche et les Harkis Le PS a de mauvais relentshttp://mouvement-citoyen.hautetfort.com/archive/2007/03/08/exclusif-montpellier-apres-le-drame-de-l-aiguelongue-des-rev.html

Une fois de plus une voiture est sortie de la route sur la RN7. C’est toujours au même endroit, toujours le même contexte.
La conductrice, légèrement blessée a été pris en charge par les pompiers pour être transportée sur les urgences de Vienne.

Une sortie de route de plus qui vient compléter la galerie des accidents sur la RN7.

Hier soir à Vienne avait lieu le premier débat du département de l’Isère sur l’identité nationale, organisé par Mr le préfet Albert Dupuy et Mr le sous-préfet Philipe Navarre en présence de Mr Serge Dufoulon, sociologue, maître de conférences à Grenoble et d’une grosse soixantaine de participants toutes tendances confondues (ou presque).
Sujet sensible, mais nécessaire à mes yeux (voir la note Osons débattre sur l’identité nationale) ce débat fut vraiment intéressant. Je ne vais pas le cacher, il y avait à boire et à manger dans les interventions : du faux débat sur la Burkat aux crottes de chien (sic), mais fort heureusement, ceci ne concernant pas la majorité des échanges (bien au contraire). Comme l’avait souligné Mr Dufoulon « Il ne peut se réduire à la question de l’immigration, même si c’est un élément » l’objet et l’essence même du débat étaient ailleurs. Ainsi comme je l’ai souligné lors de mon intervention :

L’essentiel dans ce débat n’est pas de savoir ce qui nous différencie, mais bel et bien de chercher ce qui nous rassemble. Avoir une vision de rassemblement plutôt qu’une vision de différenciation. Après tout, la France est forte dans sa diversité, mais elle l’est encore plus dans son unité, unité derrière un certain nombre de valeurs autour duquel l’ensemble des Français se retrouve, une sorte de pacte républicain non négociable. Alors ces valeurs quelles sont-elles, d’où viennent-elles ? Elles proviennent en majorité de l’héritage historique extraordinaire de la France, elles sont nées des racines judéo-chrétiennes, au Siècle des lumières, dans le sang de la révolution, et dans le traumatisme des deux dernières guerres. Ces valeurs sont celles de la devise de notre république : Liberté, Égalité, Fraternité, mais également laïcité, humanisme, solidarité, démocratie, respect de l’autre. Ces valeurs qui sont le ciment de notre nation, nous devons en être fiers, et après tout, la fierté n’est elle pas également une valeur française ?

Cette vision du débat a été également partagée et conforté par de nombreuses autres interventions, dont le mot d’autre était créer une cohésion sociale. La suite du débat s’est poursuivi les échanges entre les citoyens et la nation. Certains se sont émus du peu d’entrain lié à la fête nationale, ou aux commémorations des grandes guerres alors qu’elles devraient être un moment de partage et d’échanges entre citoyens.
Plus tard, Mr Serge Dufoulon nous a invités à nous questionner les moyens à développer pour développer cette identité nationale, afin de favoriser ce sentiment d’appartenance à cette nation France, sur les rites de passes, qui viendraient celer ce contrat de citoyenneté. Des pistes en ce sens ont été évoquées, comme le service civique obligatoire pour les jeunes, l’impôt sur le revenu obligatoire (même symbolique). À titre personnel,  J’ai rappelé que :

L’école devait être le lieu où par l’éducation civique les valeurs de la nation (que j’ai évoquées précédemment) devaient y être inculquées. Comme beaucoup d’autres intervenants, j’ai regretté que le service militaire ai été supprimé, puisqu’il permettait un échange entre toutes les couches sociales. Et que si je voyais la nécessité d’un service civique obligatoire, il me paraissait, quitte à être provocateur, nécessaire d’instaurer des « piqures de rappel » pour nos ainés via des journées citoyennes.

C’est après 2h30 de débat que le préfet clôtura les débats à sa charge de faire une synthèse et de le remonter au ministre de l’immigration et de l’identité national, Mr Éric Besson.
Un mot tout de même sur les  absents de ce débat, les dirigeants du PS qui n’avait pas trouvé de mieux que de boycotter ce débat. Un geste complètement stupide à mes yeux, puisque la vision de chacun, toute tendance politique est nécessaire. Mais ce n’est pas le premier signe de replis sur soi, de rejet du débat citoyen et républicain dont font preuves ces personnes.

D’autres photos sont également disponibles ici

Ça y est, j’ai enfin reçu ma carte d’adhérent du club du chêne, le mouvement gaulliste présidé par Michèle Alliot-Marie. Cette adhésion a beaucoup de signification pour moi. En effet, s’il est des hommes politiques dont j’ai la plus grande admiration, c’est bien Charles de Gaulle. Sa vision de la politique internationale, son amour de la France, les valeurs qu’il a défendues sont celles dont je me sens le plus proche. Et puis, que dire de l’homme historique qu’il représente dont l’empreinte marque encore la France d’aujourd’hui.
J’ai encore le souvenir ému que j’ai eu lorsqu’il y a quelques années de cela j’étais allé me recueillir sur sa tombe avec mes parents, j’ai toujours un pincement au cœur lorsque j’entends ses discours, et aujourd’hui, je me sens vraiment fier d’appartenir à ce mouvement héritier de ce grand homme.

L'appel du 18 juin Ma carte d'adhérent

Je terminerais cette note en citant le préambule  de la charte du Gaullisme du renouveau (que vous pouvez télécharger ici) :

Nous croyons en une France fière de ses valeurs, de sa culture et de sa destinée, porteuse de valeurs universelles de paix, de respect des Droits de l’Homme et de rapprochement entre les peuples.
Nous savons que la France n’est jamais si grande et si forte que lorsqu’elle est rassemblée. Le génie français, c’est une Nation diverse mais unie, composée de femmes et d’hommes désireux de partager un destin commun.
Nous voulons une République moderne, fondée sur des institutions stable, garantes de la permanence de l’Etat et de l’efficacité de la décision publique.
Nous croyons en un gaullisme du renouveau, fier de ses racines gaulliennes et capable d’apporter des réponses concrètes aux défis auxquels est confronté notre pays.
C’est dans cette perspective que nous voulons aujourd’hui porter des valeurs essentielles pour la France du XXI siècle.

Twitter
Recherche
Galerie photo
Archives