UMP Lyon, Droite Sociale Rhône

Politique

Tous les articles en rapport à la politique

Dans son discours de politique générale de la semaine dernière, le premier ministre, M Valls, a sorti du chapeau une volonté de diminuer le nombre de régions et la disparition du conseil général. Malheureusement, si j’ai bien peur que cette réforme ne dépasse pas le stade de l’effet d’annonce, puisque l’application est repoussée aux calendes grecques, elle me semble nécessaire :

Départements anachroniques, régions petites

Le millefeuille administratif est très régulièrement décrié, le 5 mars 2009, le comité Balladur remettait un rapport avec 20 recommandations avec notamment :

  • L’achèvement de la carte de l’intercommunalité
  • La création de 11 métropoles
  • Le regroupement des régions (passer leur nombre de 22 à 15) ou des départements
La commission Balladur et ses 15 Régions

La commission Balladur et ses 15 Régions

Le big bang proposé par M Valls n’est donc pas nouveau, moi-même il y a quelques années je concluais sur l’anachronisme d’un département (voir la note Débat sur la réforme des collectivités locales), pourtant en 2009 cette réforme n’avait pas manqué de critique de la part de la gauche et ses conclusions sont restées pour la plupart lettre morte.

La répartition des compétences, l’élément clé !

Le découpage territorial est une chose, mais il est inutile sans une clarification des compétences entre les différentes collectivités locales.
Dans un rapport d’octobre 2013, la Cour des comptes avait également avancée des pistes d’économies :

  • la mutualisation des services
  • Maitrise des dépenses de personnels
  • Rationalisation du patrimoine immobilier
  • Etc.

Les doublons représentent 11 milliards d’euros de dépenses et 7 milliards pour les régions qui pourraient être évités selon la Direction générale des collectivités locales (voir le rapport)
Il faut d’ailleurs noter qu’en 2010, afin d’éviter ces boulons, la clause générale de compétence avait été supprimée pour les départements et les régions sous François Fillon. Cette dernière avait été rétablie en décembre 2013 sous Jean-Marc Ayrault… Pour être sans doute de nouveau supprimé sous Manuel Valls… Une valse bien ridicule :

Que de temps perdu !!!

36 769 communes, 2 000 intercommunalités et moi et moi et moi !

C’est également un tabou, mais ne faut-il pas se poser la question du nombre de communes ? Ce dernier échelon est sans doute le lieu où les potentielles économies sont les plus importantes de part leur nombre. Ce nombre de communes fait d’ailleurs figure d’exception en Europe, puisque ces 36 769 communes représentent 40% de toutes les communes de l’Union européenne. A titre d’exemple, en Belgique, le nombre de communes est passé de 2 675 à 589 communes entre 1970 et 1990, la Suède est passée de 2 532 à 290 communes. Enfin, l’Allemagne est passée en 30 ans de 30 000 à 12 196 communes. La France ne pourrait-elle pas suivre la même voie ? C’est d’ailleurs ce que lui recommande l’OCDE dans un rapport de 2013.

Simplifier la structure des administrations infranationales, notamment en fusionnant les plus petites des 36 769 communes et en supprimant les départements, engendrerait des économies d’échelle substantielles

Les solutions sont connues depuis longtemps, à quand leurs applications ? Après les paroles, à quand les actes ? Ce big bang territorial va-t-il se terminer dans un énième comité Théodule dont les propositions seront, une fois de plus mises au placard ? J’en ai bien peur.

Partager/Enregistrer

emailing_rassemblement_header

Lyon, le 28 mars 2014

Chers amis,

Grâce à votre mobilisation dimanche dernier, nous avons gagné la bataille du 6e arrondissement dès le 1er tour mais celle de Lyon doit l’être après-demain.

Je lance un appel solennel à chacune et à chacun d’entre vous pour mobiliser vos amis, familles et connaissances qui votent dans les 8 autres arrondissements.

Je vous assure que si chacun d’entre nous prend le temps d’appeler ses contacts proches alors notre victoire dimanche sera bien réelle.

Dimanche, chaque voix comptera pour faire gagner notre projet pour Lyon.

Dimanche, chaque voix comptera pour faire triompher nos valeurs humanistes.

Dimanche, chaque voix comptera pour faire perdre l’alliance PS/Verts.

Dimanche, chaque voix comptera pour donner un sérieux avertissement à François Hollande.

Plus que jamais, j’ai besoin de vous.
J’ai besoin de vous pour faire gagner la Génération Lyon.
J’ai besoin de vous pour faire gagner Lyon.

Bien amicalement,

Michel Havard

signature_mh

Ce dimanche vous êtes appelé aux urnes pour le second tour des élections municipales. Votre vote revêt une importance capital, puisqu’il décidera de l’avenir de Lyon pour les 6 prochaines années.
Aujourd’hui voter Collomb reviens à voter pour une équipe à bout de souffle, voter Collomb c’est l’immobilisme durant 6 années avec un accord contre nature avec EELV :

Mais au-delà de l’enjeu local, le vote des lyonnais aura un enjeu national : chaque bulletin pour Gérard Collomb sera un bulletin de soutien à la politique désastreuse du gouvernement. A vous de transformer la sanction au second tour !

Comme je l’ai dit dans mes billets précédents, Lyon a besoin d’une nouvelle énergie, d’une nouvelle équipe, d’un nouveau projet. Cet avenir, seul Michel Havard l’incarne ! Son contrat avec les lyonnais allie performance et équilibre, et surtout il replace l’humain au centre de nos quartiers, une préoccupation qui a été négligée ces dernières années :

Equipe Génération Lyon 7e arrondissement

icone_pdf

Projet pour le 7e arrondissement

Il n’y a pas si longuement que ça, 3 jours, ils se détestaient, se traitant de « têtes de nœud », « Khmers verts » et autres amabilités, mais aujourd’hui tout semble oublié… Plus efficaces qu’une médiation de couple, les arrangements électoraux permettent de mettre les désaccords de côté… Enfin, le temps de quelques jours, car il va de soit qu’après le second tour la zizanie recommencera. Car oui, il ne faut pas être dupes, les désaccords entre EELV et les socialistes lyonnais sont si nombreux, et si profonds que l’on voit mal comment la cohabitation se fera passé le 30 mars.

En effet, comment ne pas oublier les oppositions concernant le grand stade ? Comment ne pas passer outre leurs oppositions sur le contournement ouest-lyonnais ? Où sont passés les griefs des verts contre l’autocratie de Gérad Collomb ? Durant ces dernières années, chacun n’a cessé d’avoir des mots dur les un envers les autres, et aujourd’hui, 17 sièges suffisent à enterrer la hache de guerre ? De qui se moque-t-on ?

Si par malheur cette alliance contre nature venait à gagner au soir du second tour qu’auront-ils à proposer au Lyonnais ?

  • Une zizanie perpétuelle, avec un remake de la cacophonie du gouvernement Ayrault (avec l’efficacité que l’on connait) ?
  • L’abandon de tous les projets polémiques au profit de l’inaction politique durant 6 ans tel que le pratique Hollande ?

Dans les deux cas, les Lyonnais seront les premières victimes de ce marché de dupes. Il est évident que la seule solution pour donner un nouveau souffle à Lyon et de voter pour les listes de la génération Lyon de Michel Havard !

partage des postes

emailing_rassemblement_header

Lyon, le 21 mars 2014

Mes chers amis,Je vous le dis avec solennité : nous avons encore 2 jours pour dire aux Lyonnaises et aux Lyonnais que leur vote est déterminant pour Lyon et pour la France.

Je vous rappelle les enjeux de cette élection :

  • Dimanche, les Lyonnais vont devoir dire s’ils veulent adresser un message positif au gouvernement en votant pour le candidat du parti socialiste ou s’ils veulent sanctionner l’équipe de François Hollande.
  • Dimanche, ils vont devoir décider entre laisser tous les pouvoirs à la gauche ou rééquilibrer le pouvoir législatif en désignant les futurs grands électeurs des élections sénatoriales.
  • Dimanche, les Lyonnais vont devoir décider entre garder un fonctionnement autoritaire ou adopter une gouvernance moderne.
  • Dimanche, ils vont avoir la possibilité de faire le choix entre un projet tourné vers le passé ou un projet ambitieux et moderne,
  • Dimanche, ils vont devoir choisir entre une équipe divisée et une équipe rassemblée.
  • Dimanche, ils vont devoir faire le choix entre deux hommes.

Je sais que beaucoup de Lyonnaises et de Lyonnais n’ont pas encore tranché.
Je sais que beaucoup hésitent encore à aller voter.
Lyon, c’est une ville qui ne se laisse pas dicter ses choix.
Lyon, c’est une ville qui ne se donne pas, mais dont il faut gagner le cœur.


Il faut donc les convaincre, leur porter notre parole, celle de la Génération Lyon !  Je vous demande de passer le message à tous vos parents, amis, voisins, commerçants, relations…

Expliquez-leur les enjeux de cette élection.

Cette victoire n’est pas loin, elle est à portée de main. Elle ne tient qu’à nous.

Je lance donc un appel à toutes celles et tous ceux qui veulent que notre ville avance,
A toutes celles et tous ceux qui veulent l’alternance,
Aujourd’hui, plus que jamais, j’ai besoin de vous !

Ensemble, nous allons démontrer que tout est possible.
Ensemble, nous allons démontrer à la France que Lyon la rebelle va déjouer les pronostics.
Ensemble nous allons faire le choix de l’avenir.
Vous avez été exemplaires durant cette campagne, votre soutien m’a été déterminant.

Pour tout ce que vous avez fait pour la Génération Lyon et pour ce dernier effort que je vous demande de faire jusqu’à dimanche qui peut être déterminant, je vous remercie du fond du cœur.

Bien amicalement,

signature_mh
Michel Havard
Twitter
Recherche
Galerie photo
Archives