UMP Lyon, Droite Sociale Rhône

Politique

Tous les articles en rapport à la politique

Aujourd’hui votaient les 2974 Grands Électeurs du Rhône pour l’élection sénatoriale dont voilà le résultat :

Listes candidates Voix % exprimés Nb Sièges
1 Spartacus 69
(Liste conduite par M. Alain Guillon)
25 0,75
2 Liste Bleu marine pour nos villes et nos villages
(Liste conduite par M. Christophe Boudot)
163 4,91
3 Liste Au cœur de nos territoires
(Liste conduite par M. François-Noël Buffet)
1 252 37,73 4
4 Liste Le Rhône en confiance avec Gérard Collomb
(Liste conduite par M. Gérard Collomb)
866 26,10 2
5 Liste Pour le Rhône et la métropole de Lyon
(Liste conduite par M. Michel Mercier)
515 15,52 1
6 Liste Debout la République
(Liste conduite par M. Gerbert Rambaud)
35 1,05
7 Liste Défendre et promouvoir nos territoires
(Liste conduite par M. Martial Passi)
308 9,28
8 Liste Europe Écologie Les Verts
(Liste conduite par Mme Raymonde Poncet)
143 4,31
9 Liste Première alliance
(Liste conduite par M. Matthieu Chauvin)
11 0,33
Abstention 36 1,05
Blanc 50 1,47
Nuls 31 0,91

Sont donc élus sénateurs :

  • Pour la droite :
    • François-Noël Buffet (UMP)
    • Elisabeth Lamure (UMP)
    • Michel Forissier (UMP)
    • Catherine Di Folco (UMP)
  • Pour le centre :
    • Michel Mercier (UDI)
  • Pour la Gauche :
    • Gérard Collomb (PS)
    • Annie Guillemot (PS)

Départ Sarkozy

C’est la fausse intrigue du moment : Reviendra, reviendra pas. Alors que depuis le 6 mai 2012, il ne fait aucun doute que Nicolas Sarkozy fera tout pour revenir en politique, la seule question est de savoir quand. Mais à contrario de nombreux militants UMP, je fais partie de ceux qui ne jugent pas opportun un tel retour.

Quel bilan de Nicolas Sarkozy ?

Depuis la défaite du 6 mai 2012, il n’y a, à mon gram dam, eut aucun véritable inventaire politique de ces dernières années. Pourtant, il serait souhaitable de comprendre les raisons des échecs électoraux de l’UMP sous la présidence de Nicolas Sarkozy :

  • Municipales 2008 : Victoire de la gauche.
  • Régionales 2010 : Victoire de la gauche
  • Cantonales 2011 : Victoire de la gauche
  • Sénat 2011 : Victoire de la gauche, un exploit jamais arrivé en 50 ans !
  • Et plus directement, la présidentielle de 2012.

Si l’on s’attarde sur la présidentielle 2012, il ne fait aucun doute que l’élection de François Hollande n’a pas été fait sur un vote d’adhésion, mais sur un vote de rejet de Nicolas Sarkozy. Pourquoi ? Était-ce dut à sa politique ou à sa personnalité ?

Les affaires

Difficile de dissocier Nicolas Sarkozy des affaires judiciaires dont il fait l’objet, sans condamnation pour le moment, il faut le souligner. Je n’ai pas l’intention de commenter l’action judiciaire, ainsi je me garderai de tout commentaire sur le sujet, je fais pleinement confiance à la justice.  Pour autant, je m’interroge sur les possibles répercussions pour l’UMP, déjà très fragilisée, si la principale actualité de son futur président se résume à une actualité judiciaire, quelle qu’en soit l’issue.

De plus, si l’on regarde l’affaire Bygmalion, et ses principaux protagonistes :

Si avec ça, on rajoute Patrick Buisson et ses enregistrements, une chose est sûre, c’est que Nicolas Sarkozy est coupable au moins d’une chose : celle de mal s’entourer !

On ne peut pas être et avoir été.

Si Nicolas Sarkozy venait à se représenter en 2017, ce serait pour lui sa 3e campagne présidentielle consécutive après celle de 2012 et 2007. En quoi le Nicolas Sarkozy de 2017 sera différent de celui de 2007 et de 2012 ? Va-t-il réenchanter les Français ou va-t-il leur provoquer de la lassitude ?

N’aurait-on pas plutôt intérêt de tourner la page, et de faire confiance à l’expérience de personnes comme François Fillon ou Alain Juppé, ou bien se tourner vers de jeunes prometteurs comme Laurent Wauquiez, Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet ou même Xavier Bertrand ? Nous avons plutôt intérêt à aller de l’avant plutôt que de vivre dans le passé.

Logo de l'UMP

Jean-François Copé a démissionné ce matin de son poste de président de l’UMP, suite à « l’affaire Bygmalion », laissant à François Fillon, Jean-Pierre Raffarin, Alain Juppé la direction transitoire de l’UMP en attendant un congrès à l’automne. Je ne reviendrai pas sur l’affaire Bygmalion, j’ai pleinement confiance en la justice, bien qu’en tant qu’ancien mandataire financier, les comptes de campagnes ont un écho particulier pour moi. Ce qui m’intéresse, ce sont les conséquences de cette affaire, et de ces 18 mois de guerre interne ont eu sur mon parti l’UMP.

Car oui, depuis 18 mois l’UMP est inaudible sur le plan national, les élections européennes en sont le parfait exemple. La gauche française s’est lourdement fait sanctionner en raison de sa politique calamiteuse (voire hasardeuse) qui plonge chaque jour la France toujours plus dans la crise, pourtant, les Français ont préféré se tourner vers le FN que vers l’UMP. La faute à un anti-Hollandisme primaire, la faute également, et surtout à l’absence d’une ligne politique claire.

En effet, l’armée mexicaine que constituait le bureau politique de l’UMP à étouffé tout débat, empêché l’émergence d’idées neuves nécessaires pour construire un projet dans lequel les Français pourraient adhérer. Ainsi, ce n’est qu’au sein du courant de la « Droite sociale » de Laurent Wauquiez où j’ai pu sentir cette volonté de travailler le fond avant la forme, travailler sur des thématiques avant la rhétorique. Ce constat vaut également pour Bruno Le Maire, la « Boite à idées », la « France Droite » de Nathalie Kosciusko-Morizet, ou bien au point qu’il m’arrivait de dire qu’il fallait être en dehors de l’UMP pour être force de proposition…

Alors oui, aujourd’hui l’UMP est sonné, mais pour autant, je n’ai jamais été aussi optimiste pour mon parti ! Car je suis persuadé que ces évènements serviront d’électrochoc afin de repartir sur de nouvelles bases, saines, et définitivement tourner la page du 18 novembre 2012 !

Retrouvez également ma réaction sur metronews : Bygmalion : comment les militants UMP vivent la crise qui secoue le parti

Résultats à Lyon :

 

Listes Voix % Exprimés
POUR LA FRANCE, AGIR EN EUROPE AVEC RENAUD MUSELIER (LUMP) 28776 23,00
FÉMINISTES POUR UNE EUROPE SOLIDAIRE (LDIV) 565 0,45
ESPÉRANTO LANGUE COMMUNE EQUITABLE POUR L’EUROPE (LDIV) 185 0,15
PARTI PIRATE SUD-EST (LDIV) 128 0,10
COMMUNISTES (LEXG) 29 0,02
DÉMOCRATIE RÉELLE (LDIV) 50 0,04
EUROPE ECOLOGIE (LVEC) 16635 13,30
POUR UNE FRANCE ROYALE AU COEUR DE L’EUROPE (LDVD) 9 0,01
RÉGIONS ET PEUPLES SOLIDAIRES (LDIV) 164 0,13
POUR UNE EUROPE UTILE AUX FRANÇAIS (LDIV) 0 0,00
ALLIANCE ECOLOGISTE INDEPENDANTE (LDIV) 2296 1,84
LUTTE OUVRIERE FAIRE ENTENDRE LE CAMP DES TRAVAILLEURS (LEXG) 889 0,71
FRONT NATIONAL (LFN) 17015 13,60
FORCE VIE (LDVD) 808 0,65
L’EUROPE DE LA FINANCE, ÇA SUFFIT ! PLACE AU PEUPLE ! (LFG) 7299 5,83
PARTI FÉDÉRALISTE EUROPÉEN (LDIV) 354 0,28
UPR SUD-EST (LDIV) 567 0,45
NOUVELLE DONNE (LDVG) 5515 4,41
UDI MODEM LES EUROPÉENS. LISTE SOUTENUE PAR FRANÇOIS BAYROU ET JEAN-LOUIS BORLOO (LUC) 14890 11,90
MAYAUD HORS BORDS (LDIV) 0 0,00
NOUS CITOYENS (LDVD) 3584 2,86
DEBOUT LA FRANCE ! NI SYSTÈME, NI EXTRÊMES AVEC NICOLAS DUPONT-AIGNANT (LDVD) 3620 2,89
CHOISIR NOTRE EUROPE (LUG) 21731 17,37

 

Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 261 260
Abstentions 134 004 51,29
Votants 127 256 48,71
Blancs 1 536 0,59 1,21
Nuls 611 0,23 0,48
Exprimés 125 109 47,89 98,31

 

Résultats dans le 7e arrondissement :

 

Listes Voix % Exprimés
POUR LA FRANCE, AGIR EN EUROPE AVEC RENAUD MUSELIER (LUMP) 2 999 17,94
FÉMINISTES POUR UNE EUROPE SOLIDAIRE (LDIV) 92 0,55
ESPÉRANTO LANGUE COMMUNE EQUITABLE POUR L’EUROPE (LDIV) 24 0,14
PARTI PIRATE SUD-EST (LDIV) 20 0,12
COMMUNISTES (LEXG) 0 0,00
DÉMOCRATIE RÉELLE (LDIV) 15 0,09
EUROPE ECOLOGIE (LVEC) 2 677 16,02
POUR UNE FRANCE ROYALE AU COEUR DE L’EUROPE (LDVD) 0 0,00
RÉGIONS ET PEUPLES SOLIDAIRES (LDIV) 26 0,16
POUR UNE EUROPE UTILE AUX FRANÇAIS (LDIV) 0 0,00
ALLIANCE ECOLOGISTE INDEPENDANTE (LDIV) 328 1,96
LUTTE OUVRIERE FAIRE ENTENDRE LE CAMP DES TRAVAILLEURS (LEXG) 145 0,87
FRONT NATIONAL (LFN) 2 402 14,37
FORCE VIE (LDVD) 78 0,47
L’EUROPE DE LA FINANCE, ÇA SUFFIT ! PLACE AU PEUPLE ! (LFG) 1 208 7,23
PARTI FÉDÉRALISTE EUROPÉEN (LDIV) 47 0,28
UPR SUD-EST (LDIV) 75 0,45
NOUVELLE DONNE (LDVG) 801 4,79
UDI MODEM LES EUROPÉENS. LISTE SOUTENUE PAR FRANÇOIS BAYROU ET JEAN-LOUIS BORLOO (LUC) 1 877 11,23
MAYAUD HORS BORDS (LDIV) 0 0,00
NOUS CITOYENS (LDVD) 327 1,96
DEBOUT LA FRANCE ! NI SYSTÈME, NI EXTRÊMES AVEC NICOLAS DUPONT-AIGNANT (LDVD) 430 2,57
CHOISIR NOTRE EUROPE (LUG) 3 142 18,80

 

Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 35 783
Abstentions 18 740 52,37
Votants 17 043 47,63
Blancs 233 0,65 1,37
Nuls 97 0,27 0,57
Exprimés 16 713 46,71 98,06

 

Résultats en France

 

 

Résultats en Europe

 

Drapeau Europe

 

Dans moins de 15 jours, le 25 mai, auront lieu les élections européennes, une élection en un seul tour. Si l’abstention risque de battre de nouveaux records, paradoxalement l’enjeu de ces élections est particulièrement important.

Je suis un Européen convaincu, à 32 ans, je n’ai connu que l’Europe de la paix, rendu possible grâce à la construction européenne. J’ai vu également les grandes réalisations européennes que la France seule n’aurait pu réaliser : l’accélérateur de particules LHC du CERN, les fusées Ariane 5 de l’ESA, l’A380 d’Airbus, l’Europe de la recherche qui rivalise, voir dépasse les états unis dans certains domaines (voir article de newsweek Europe Pulls Ahead of U.S. in Physics)… Ensemble, les états européens ont réalisé de grandes choses dans les domaines scientifique, industriel, éducatif, agricole, etc. mais paradoxalement, l’Europe politique au travers l’Union européenne est sans nul doute là où la machine est le plus grippée.

Les eurosceptiques pointent régulièrement du doigt l’extrême bureaucratie européenne, et force est de constater que la complexité des rouages de l’Union européenne n’a rien à envier à la légendaire complexité Byzantine ! Ainsi, dans ce mélange complexe où chaque état tente de tirer la couverture à soit, difficile d’entendre parler l’Europe d’une seule voix. Les exemples ne manquent pas, mais celui de la politique étrangère de l’Europe est le plus symptomatique. En dépit du traité de Maastricht, l’Union européenne est le plus souvent divisée sur les grands sujets et sur les crises majeures.

Les élargissements successifs sans vraiment réformer le mode de gouvernance mènent régulièrement à l’impasse politique. Je me souviens d’un slogan « Quand l’Europe veut, l’Europe peut », ce credo s’est vérifié à plusieurs reprises, mais aujourd’hui, est-ce que l’Europe veut ?

Nous sommes à un tournant de l’histoire européenne, nous avons un formidable outil entre nos mains, et je ne peux me résoudre à le voir disparaitre. Ainsi, il me parait évident que les élections du 25 mai prochain sont une formidable occasion de relancer cette Union européenne sur le plan politique. Mais pour cela, comme je l’ai évoqué dans ma note « Qu’on nous parle d’Europe ! », il faut voter pour une liste d’Européens convaincus, une liste de personnes prêtes à ferrailler ferme dans l’intérêt collectif, une liste qui ne manque pas d’énergie. Exit donc les champions de l’absentéisme !

Twitter
Recherche
Galerie photo
Archives