Militant de la droite lyonnaise

Politique

Tous les articles en rapport à la politique

Concept of legal studying isolated on white

Suite aux attentats perpétrés contre Charlie hebdo, nous assistons à une sorte de concours Lépine de la loi antiterroriste, comme bien souvent lors de pareil événement. Comme indiqué sur Twitter hier, je ne pense pas qu’il faille, sur le coup de l’émotion, aller dans cette surenchère législative.

Lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy, j’ai souvent été sceptique par ce que j’appelle la politique du fait divers : un fait divers, une loi. Cela avait peut-être un effet sur l’opinion, mais bien souvent ses lois étaient soit inapplicables soit sans effet. Preuve en est, les décrets d’application arrivaient bien longtemps après.

Mais au-delà de cette réaction émotionnelle, la meilleure réponse au terrorisme est-elle l’empilement de textes législatifs, souvent liberticides pour le citoyen lambda ? Je ne crois pas ! On ne défend pas la liberté par moins de liberté ! Je pense que nous avons tout à perdre à s’aventurer sur ce chemin ! D’autant plus qu’il existe déjà un arsenal juridique assez bien fourni… Si l’on se donnait seulement les moyens de l’appliquer !

Au fond que demandent les citoyens français ? Ils ne nous demandent pas plus de lois ! Les Français demandent à ce que les lois existantes soient appliquées, avec fermeté ! Il est donc primordial que nos hommes politiques votent des budgets donnant les moyens nécessaires à appliquer les lois existantes, avant d’en créer d’autres !

En ce sens, je rejoins les propos tenus par Alain Juppé : Alain Juppé ne veut pas céder à « la manie de nous précipiter sur de nouvelles lois » anti-terroristes.

note-scolaireFaut-il supprimer ou non les notes à l’école ? Voilà l’objet de la Conférence nationale sur l’évaluation des élèves : « journées de l’évaluation » organisée par la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem. Durant ces deux jours, experts et professionnels vont débattre sur la suppression ou non des notes…

Je m’interroge sur la pertinence et surtout sur le sens des priorités de ce gouvernement. Ainsi, je me demande s’il est plus stimulant pour un élève d’avoir un système de couleur au lieu d’une note, ou bien s’il est plus stimulant pour lui d’avoir des rythmes scolaires adaptés ? Est-il plus stimulant pour lui d’avoir un B- au lieu d’un 8, ou d’avoir un professeur remplacé rapidement en cas d’arrêt maladie long ? Ou enfin, est-il plus stimulant pour un élève d’avoir un point rouge au lieu d’un 4, ou bien d’étudier dans un bâtiment qui ne tombe pas en ruine ?

Encorne une fois, ce gouvernement va traiter des problèmes superficiels à coup de demie-mesures et autres effets d’annonce, mais les vrais problèmes, eux, s’entassent sous le tapis. Car au fond, note, couleur, lettre, notre système éducatif serra-t-il meilleur ? Je ne crois pas ! Mais qu’importe si pour la ministre la priorité doit être la forme plutôt que le fond très bien, nous continuerons à reculer au classement PISA et nos universités continueront à tomber en ruine comme vous pouvez le constater sur ce tumblr « Ruines d’Université ».

Université de lettres et langues de BordeauxUniversité Paul Sabatier de Toulouse

Alain Juppé - Bruno Le Maire

Le renouveau, c’est Bruno !

Bruno Le Maire a sans doute été l’un des grands gagnants du scrutin de ce samedi. En effet, en frôlant les 30% face à l’ex-président de la république, il s’est fait un nom. Incontestablement, il y aura pour lui un avant et un après 29 novembre. Mais au-delà de l’homme, c’est clairement la volonté de renouveau au sein de l’UMP qui s’est fait entendre.
Bruno Le Maire, plus que les autres candidats a su comprendre le malaise exprimé par les militants et su prendre la mesure de nos attentes. Aujourd’hui, cette lucidité a payé, et le nouveau président élu de l’UMP ne peut l’ignorer.

Et maintenant ?

Le nouveau président de l’UMP n’a donc pas un chèque en blanc des militants, il devra écouter et ne pourra diriger seul. Pour ma part, c’est en observateur vigilant que je vais regarder le nouvel organigramme, mais surtout la ligne politique qui sera donnée. Ainsi, certains marqueurs seront tel le Rubicon qu’il ne faudra pas franchir :

  • Aucune alliance avec le FN
  • Aucune abrogation du mariage pour tous
  • Démission du président de l’UMP s’il est candidat au primaires
  • Tenue d’une primaire, ouverte, en 2016

C’est sur ce dernier point que mon action militante sera tournée : pour moi Alain Juppé est le meilleur candidat pour 2017, et c’est derrière lui que je m’engage dès aujourd’hui.

Nicolas Sarkozy et Jean-Pierre Jouyet accompagnés de Brice Hortefeux

La prise en charge de l’UMP de l’amende de 363 615 euros, infligée à Nicolas Sarkozy par le Conseil constitutionnel en juillet 2013 pour le dépassement de son compte de campagne est au cœur de l’affaire Fillon-Jouyet. Comme à mon habitude, je ne commenterai pas l’aspect juridique, néanmoins, je vous invite à lire cet article de l’Express : Pourquoi Fillon est persuadé que l’UMP n’aurait pas dû payer l’amende de Sarkozy. Cet article revient en détail sur ces aspects juridiques et  évoque les casquettes multiples de Philippe Blanchetier.

En ce qui me concerne, c’est le plan moral qui m’intéresse. En effet, en tant que militant UMP, l’usage fait de nos cotisations me concerne directement. Mon étonnement, pour ne pas dire mon dégoût, repose sur des faits très simples :

À la vue de ces éléments, je ne peux pas comprendre que Nicolas Sarkozy, candidat à la présidence de l’UMP, qui se targue de revenir dans l’arène politique par devoir, n’a pas eu la délicatesse de régler lui-même cette amende.

 

Twitter
Recherche
Galerie photo
Archives