Militant de la droite lyonnaise

Elections régionales

Abstention, premier parti de France !

C’est sans doute le constat le plus affligeant de cette élection : L’abstention est de nouveau le premier parti de France. Même si elle concerne plus les électeurs de droite, j’y reviendrais plus tard, elle touche tous les partis. Pour moi, lorsqu’à peine un électeur sur deux se déplace voter, il s’agit d’un terrible désaveu pour la politique en général, une déroute pour la démocratie ! Mais plus loin encore, cela pose clairement la question de la légitimité des élus. Si ce cri d’alerte se voit dans les chiffres de la participation, je l’ai également ressenti sur le terrain en discutant avec les électeurs. Alors, avant même de parler de victoire de l’un ou défaite de l’autre, il me semble plus que nécessaire que les partis se posent la question de la désaffection des Français pour la politique.

Victoire à la Pyrrhus du PS ?

Indiscutablement, la gauche avec ses 54,3% au niveau national (50,76% en Rhône-Alpes) a remporté ces élections régionales. Mais pour autant, peut-on parler vraiment de plébiscite des présidents sortants ? Et cette victoire chèrement acquise, quel en a été le prix pour le PS ?

Prenons le cas de Rhône Alpes, avec seulement 25,6% des voix au premier tour en faveur de la liste Jean-Jacques Queyrrane, c’est bien 75% des suffrages exprimés  qui ne se sont pas retrouvés dans le programme du président sortant ! Plus dur encore, ce chiffre monte à 89% lorsque l’on compte l’abstention (même si je n’aime pas ce genre de calcul). Il est donc évident que seul, le PS n’avait aucune chance de garder la région, et qu’il a bien fallu toute l’hypocrisie de la stratégie d’alliance pour arriver à conserver Rhône-Alpes.

Je parle d’hypocrisie, car on sait, notamment en Rhône-Alpes, les difficultés qu’ont eues socialistes, écologiste et Front de Gauche à s’entendre. J’en avais parlé dans une précédente note, et les fais m’ont pour l’instant donné raison. Ainsi, lorsque l’on voit qu’au vendredi soir il n’y avait toujours pas de texte commun signé, et que de toutes les manières, le front de gauche ne le signerait pas, on peut sérieusement s’interroger sur les problèmes de gouvernance à venir sur des sujets clefs par exemple l’aménagement du territoire, le dossier du nucléaire, les JO, les nanotechnologies, les aides aux entreprises, etc.

Alors oui, il y a eu victoire, mais à quel prix ? Le PS et la gauche en général n’ont toujours pas de réelle doctrine en dehors du « Il faut battre la droite ». Les slogans de certains, les déclarations des autres sont également là pour le prouver. Et jusqu’à preuve du contraire, gagner pour gagner n’a aucun sens politique si l’immobilisme triomphe.

Nécessité de remise en question à l’UMP

Plus que la victoire de la gauche, je retiens avant tout un réel échec de la droite. Plus encore, j’irais même jusqu’à dire que ce n’est pas la gauche qui a gagné, mais la droite qui a perdu, toute seule. Certes, il n’y a pas eu de grand chelem, nous avons gardé l’Alsace, nous avons même gagné 2 nouvelles régions (mais perdu la Corse), mais cela n’efface pas le score national historiquement bas de la droite. Ce score est d’autant plus inquiétant qu’avec le bilan des régions dirigées par les socialistes, avec l’absence de réel programme et les alliances bancales de circonstance, nous aurions dû avoir un boulevard devant nous ! Ça n’a pas été le cas, bien au contraire ! La réalité est là, nous n’avons pas réussi à faire venir aux urnes notre électorat, et ce, malgré une très forte mobilisation des militants sur le terrain. Cette mobilisation des militants est  à mon avis la seule réussite de cette campagne !

Certains avancent la politique d’ouverture, d’autres la taxe Carbone pour expliquer cette désaffection. Qu’importe, mais ne désignons pas des « coupables » à la va-vite en oubliant l’essentiel, car un travail d’introspection me parait vital, et surtout, un retour à nos vraies valeurs, de droite (et en ce qui me concerne, nos valeurs Gaullistes), me semble nécessaire. À nous de faire que les résultats de dimanche dernier ne soit qu’une claque, car après tout, un revers électoral n’en est vraiment un quand on ne peut se relever.

La morale de l’histoire.

Je terminerais ce billet par une exposition de faits en direction de tous ceux qui souhaitent fanfaronner ou tirer des plans sur la comète :

  • En 2004, la droite vivait « un 21 avril à l’envers » et certains y voyaient une future victoire du PS aux présidentielles.
  • En 2007, avec 1,57% des suffrages, on disait que les verts et l’écologie appartenaient à l’histoire ancienne
  • Toujours en 2007, avec 18% des suffrages, on voyait dans le Modem, une future machine à gagner.
  • En 2009, avec 16% des suffrages, on disait que le PS était mort

Avec les résultats de 2010, et surtout l’abstention, bien heureux sera le « prophète » qui lira les résultats à venir.

Les listes

  • Parti socialiste + Europe Écologie + Front de gauche  – Tête de liste régionale : Jean-Jack QUEYRANNE
  • UMP – Tête de liste régionale : Françoise GROSSETÊTE
  • Front national – Tête de liste régionale : Bruno GOLLNISCH

Les résultats

Bureau I
n
s
c
r
i
t
s
É
m
a
r
g
é
s
E
n
v
e
l
o
p
p
e
s
N
u
l
s
E
x
p
r
i
m
é
s
P
S
+
E
E
+
F
G
U
M
P
F
N
01 – Jean Moulin 675 366 367 54,37% 9 2,45% 258 97,55% 162 45,25% 140 39,11% 56 15,64%
02 – Jean Moulin 675 357 357 52,89% 10 2,80% 347 97,20% 168 48,41% 120 34,58% 59 17,00%
03 – Jean Moulin 721 344 344 47,71% 16 4,65% 328 95,35% 186 56,71% 93 38,35% 49 14,94%
04 – Michel Servet 889 475 475 53,43% 11 2,32% 464 97,68% 217 46,77% 192 41,38% 55 11,85%
05 – Michel Servet 662 409 409 61,78% 9 2,20% 400 97,80% 184 46,00% 165 41,25% 51 12,75%
06 – Michel Servet 675 362 362 53,62% 12 3,31% 350 96,69% 183 52,29% 132 37,72% 35 10,00%
07 – Salle des fêtes 556 294 294 52,88% 8 2,72% 286 97,28% 128 44,76% 136 47,55% 22 7,69%
08 – Salle des fêtes 655 365 365 55,73% 10 2,74% 355 97,26% 155 43,66% 148 41,69% 52 14,65%
09 – Salle des fêtes 697 402 402 57,68% 15 3,73% 387 96,27% 203 52,45% 156 40,31% 28 7,24%
10 – Salle des fêtes 901 489 489 54,27% 19 3,89% 470 96,11% 246 52,34% 158 33,62% 66 14,04%
11 – Salle des fêtes 933 515 515 55,20% 16 3,11% 499 96,89% 224 44,89% 218 43,69% 57 11,42%
12 – Salle des fêtes 762 434 434 56,96% 8 1,84% 426 98,16% 158 37,09% 218 51,17% 50 11,74%
Vienne Sud 8801 4812 4813 54,69% 143 2,97% 4670 97,03% 2214 47,41% 1876 40,17% 580 12,42%
13 – Nicolas Chorier 583 299 299 51,29% 6 2,01% 293 97,99% 157 53,58% 113 38,57% 23 7,85%
14 – Nicolas Chorier 698 256 256 36,68% 2 0,78% 254 99,22% 148 58,27% 78 30,71% 28 11,02%
15 – Nicolas Chorier 1019 483 483 47,40% 10 2,07% 473 97,93% 265 56,03% 162 24,25% 46 9,73%
16 – Lafayette 914 427 427 46,72% 8 1,87% 419 98,13% 241 57,52% 118 28,16% 60 14,32%
17 – Berthelot 683 355 355 51,98% 10 2,82% 345 97,18% 179 51,88% 113 32,75% 53 15,36%
18 – Berthelot 902 536 536 59,42% 16 2,99% 520 97,01% 262 48,46% 200 38,46% 68 13,08%
19 – Berthelot 889 507 507 57,03% 13 2,56% 494 97,44% 198 40,08% 240 48,58% 56 11,34%
20 – P&M Curie 726 384 384 52,89% 8 2,08% 376 97,92% 194 51,60% 123 32,71% 59 15,69%
21 – P&M Curie 645 256 256 39,69% 8 3,13% 248 96,88% 156 62,90% 59 23,79% 33 13,31%
22 – P&M Curie 533 253 253 47,47% 10 3,95% 243 96,05% 141 58,02% 69 28,40% 33 13,58%
23 – Jean Rostand 798 334 334 41,85% 10 2,99% 324 97,01% 271 66,96% 72 22,22% 35 10,80%
24 – Jean Rostand 775 359 359 46,32% 8 2,23% 351 97,77% 229 65,24% 77 21,94% 45 12,82%
Vienne Nord 9165 4449 4449 48,54% 109 2,45% 4340 97,55% 2377 54,77% 1424 32,81% 539 12,42%
Totaux Vienne 17966 9261 9262 51,55% 252 2,72% 9010 97,28% 4591 50,95% 3300 36,63% 1119 12,42%

Il y a un mois, j’expliquais dans une note les compétences du conseil régional et le fonctionnement du scrutin des élections régional : un système de proportionnel à 2 tours avec un système de listes régionales, composées au niveau départemental qui permet d’élire les conseillers régionaux.

C’est sur ce point que je tiens à porter votre attention aujourd’hui. En effet, si les enjeux de cette élection sont régionaux, il est stratégique, pour notre pays viennois d’être représenté pour ne pas être le parent pauvre de la région. En effet, comme je l’avais expliqué, le rôle de la région est important au niveau local : Lycée, TER, domaine économique. Et, il est vital qu’un Viennois nous représente et défende nos intérêts au niveau de la région. Car ne soyons réaliste, qui pourrions-nous plus facilement interpeller lorsque nous rencontrons des difficultés avec les TER (retard, train surchargé) ? Un élu Viennois ou un de ces élus Grenoblois ? Qui est le mieux placé pour siéger dans la commission régionale en charge de nos Lycées Galilée, Saint Romain en Gal, etc. ? Un élu Viennois ou un de ces élus Stéphanois ? Qui sera plus attaché à porter des subventions pour des projets locaux ? Un élu Viennois ou un de ces élus Valentinois ?

Or aujourd’hui, sur les 3 listes encore en course pour le second tour, seule une propose un Viennois en position éligible, il s’agit de Mr Kovacs qui est 7° sur la liste « Ensemble pour Rhône-Alpes » conduite par Françoise Grossetete. J’invite donc tous les Viennois et les habitants du pays Viennois à dépasser les clivages politiques et à soutenir le seul candidat local éligible.

L’hypocrisie n’aura duré que quarante heures : les socialistes, les écologistes et le front de gauche ont fini leur marchandage pour trouver un accord de fusion de leurs deux listes. Un accord à l’arraché à la vue des querelles entre Mr Meirieu et Mr Queyranne durant la campagne.

Quand le PS n’hésite pas à taper sur les écologistes.

En effet, les écologistes doivent encore avoir en mémoire les vidéos assassines du PS pointant les difficultés Mr Meirieu (vidéo que vous pouvez retrouver ici) Dénigrant régulièrement son adversaire, Mr Queyranne ne manquait pas demander à Mr Meirieu de « revoir [ses] fiches ». Un comportement qui ne manquait pas d’exaspérer Mr Meirieu au point de déclarer fin février « Je n’en peux plus de son mépris ».
Les électeur d’Europe Ecologie n’oublieront pas non plus que Mr  Queyranne avait écrit au CSA pour faire interdire Ushuaïa. Ils se souviendront également de la petite phrase de Mr Soulage « Ils votent Meirieu à 80% et après, ils sortent des flingues. Ils ont voulu l’affaiblir en le plaçant en 4e position de la liste départementale ». Bonjour l’ambiance !

Quand les écologistes raillent le PS.

De l’autre côté, les socialistes doivent encore se souvenir des petites phrases sur leur parti : « les socialistes ne veulent pas voir qu’ils sont à la fin d’un cycle politique » qu’avait prononcé Mr Meirieu. Ce dernier d’ailleurs n’avait pas manqué d’insister sur les ravages du cumul, la ringardise des professionnels de la politique. « Vous passez votre temps à casser du sucre sur le dos du PS » n’avait pas manqué de lui rétorquer, Mr Queyranne.

Pour un siège ou deux, on peut oublier ses idéaux ?

Pourtant, en moins de 40h, tout cela était oublié, tout comme leurs programmes, pourtant très différents tous les 3. Mais après tout, quand il est question de sièges, il est très facile de trouver le plus petit dénominateur commun, quitte à ce dernier tienne sur un timbre-poste. Car voilà pour moi où se situe l’insupportable de la situation, et ce que je déteste en politique : Lorsqu’il est question de monnayer un siège ou deux, l’homme politique est prêt à tout, et surtout à mettre de côté ses convictions, son honneur, fut il bafoué et trainé dans la boue par ses adversaires !

Non, les électeurs ne sont pas de vulgaires pourcentages qui s’additionnent !

Alors non, à l’heure où l’abstention montre le dégout des Français pour la politique, le PS, le Front de Gauche et Europe écologie montrent le pire des visages ! Pire encore, ils se moquent totalement de leurs électeurs qui ont placé en eux leur confiance, sur une liste, sur un programme, et pas sur un marchandage. On peut se demander ce que représentent pour Mr Meirieu, Mme Martin et Mr Queyranne ces électeurs qu’ils semblent traiter comme des chiffres qu’ils se monnayent ! Non, les électeurs méritent mieux que ça, et j’espère que ces derniers refusent ces manœuvres politiciennes d’un autre temps.

Les listes

  • Lutte ouvrière – Tête de liste régionale : Nathalie ARTHAUD
  • Parti socialiste – Tête de liste régionale : Jean-Jack QUEYRANNE
  • UMP – Tête de liste régionale : Françoise GROSSETÊTE
  • Europe écologie – Tête de liste régionale : Philippe MEIRIEU
  • Front national – Tête de liste régionale : Bruno GOLLNISCH
  • Spartacus – Tête de liste régionale : Michel DULAC
  • Front de gauche – Tête de liste régionale : Elisa MARTIN
  • MODEM –Tête de liste régionale : Azouz BEGAG
  • NPA – Tête de liste régionale : Myriam COMBET

Les résultats

Bureau I
n
s
c
r
i
t
s
É
m
a
r
g
é
s
E
n
v
e
l
o
p
p
e
s
N
u
l
s
E
x
p
r
i
m
é
s
L
O
P
S
U
M
P
E
E
F
N
S
p
a
r
t
a
c
u
s
F
G
M
O
D
E
M
N
P
A
01 – Jean Moulin 675 47,70% 47,85% 2,79% 97,21% 1,27% 25,48% 26,75% 15,29% 14,01% 0,96% 7,01% 7,32% 1,91%
02 – Jean Moulin 675 48,44% 48,44% 4,59% 95,41% 0,64% 24,04% 22,44% 16,35% 16,67% 2,88% 9,62% 3,85% 3,53%
03 – Jean Moulin 721 36,89% 36,89% 3,76% 96,24% 2,73% 25,78% 25,78% 11,72% 16,41% 1,17% 5,08% 9,77% 1,56%
04 – Michel Servet 889 46,23% 46,23% 3,16% 96,84% 1,76% 27,89% 28,14% 14,57% 14,57% 1,26% 4,27% 5,53% 2,01%
05 – Michel Servet 662 51,81% 51,81% 2,33% 97,67% 2,39% 28,36% 31,34% 13,13% 11,04% 1,49% 5,07% 4,48% 2,69%
06 – Michel Servet 675 46,81% 46,81% 1,90% 98,10% 1,61% 30,32% 33,23% 12,58% 9,35% 0,32% 4,87% 4,19% 3,55%
07 – Salle des fêtes 556 51,26% 51,26% 1,75% 98,25% 1,43% 20,71% 37,86% 17,50% 7,50% 0,71% 6,43% 4,29% 3,57%
08 – Salle des fêtes 655 50,99% 50,99% 2,99% 97,01% 0,93% 21,60% 37,04% 13,58% 13,58% 1,23% 5,25% 5,56% 1,23%
09 – Salle des fêtes 697 47,78% 47,78% 1,50% 98,50% 1,52% 22,26% 37,50% 16,16% 6,71% 0,30% 9,15% 4,88% 1,52%
10 – Salle des fêtes 901 45,62% 45,62% 2,19% 97,81% 2,24 27,61% 28,36% 17,91% 11,69% 1,00% 3,773% 4,23% 3,23%
11 – Salle des fêtes 933 49,41% 49,30% 2,17% 97,83% 0,44% 20,44% 34,67% 19,33% 11,33% 1,11% 5,11% 5,11% 2,44%
12 – Salle des fêtes 762 51,57% 51,57% 2,80% 97,20% 0,79% 19,90% 39,01% 17,28% 10,73% 0,26% 2,36% 8,12% 1,57%
Vienne Sud 8801 47,74% 47,74% 2,64% 97,36% 1,44% 24,47% 31,97% 15,67% 11,93% 1,05% 5,52% 5,55% 2,40%
13 – Nicolas Chorier 583 43,05 43,05% 1,20% 98,80% 0,00% 27,82% 29,03% 15,32% 6,85% 2,02% 8,47% 6,05% 4,44%
14 – Nicolas Chorier 698 28,51% 28,51% 1,01% 98,99% 2,54% 32,49% 19,80% 16,75% 10,15% 2,03% 5,58% 7,11% 3,55%
15 – Nicolas Chorier 1019 38,08% 38,08% 2,32% 97,68% 0,26% 27,70% 24,27% 21,90% 7,65% 4,49% 5,80% 5,80% 2,11%
16 – Lafayette 914 39,72% 39,72% 1,10% 98,90% 1,95% 30,08% 20,89% 15,88% 14,48% 1,11% 6,13% 6,96% 2,51%
17 – Berthelot 683 43,63% 43,63% 2,68% 97,32% 1,03% 29,66% 28,97% 9,66% 10,34% 1,03% 11,38% 4,83% 3,10%
18 – Berthelot 902 52,33% 52,33% 4,24% 95,76% 1,11% 29,20% 28,54% 10,40% 12,39% 0,44% 8,41% 5,97% 3,54%
19 – Berthelot 889 49,83% 49,83% 3,39% 96,61% 0,93% 21,50% 40,19% 18,46% 9,58% 1,64% 3,27% 4,21% 0,23%
20 – P&M Curie 726 43,53% 43,53% 2,85% 97,15% 1,30% 33,55% 27,36% 8,47% 14;98% 1,30% 7,82% 3,91% 1,30%
21 – P&M Curie 645 29,61% 29,61% 3,66% 96,34% 1,63% 34,24% 16,30% 4,35% 15,22% 2,17% 8,15% 11,41% 6,52%
22 – P&M Curie 533 39,40% 39,40% 5,24% 94,76% 3,02% 30,65% 19,60% 16,58% 10,55% 2,01% 8,54% 5,53% 3,52%
23 – Jean Rostand 798 33,58% 33,58% 4,10% 95,90% 2,33% 25,29% 14,40% 20,62% 10,89% 1,17% 7,39% 10,89% 7,00%
24 – Jean Rostand 775 36,65% 36,65% 2,82% 97,18% 1,45% 32,97% 18,12% 21,01% 10,51% 1,09% 5,43 6,16% 3,26%
Vienne Nord 9165 40,19% 40,19% 2,91% 97,09% 1,34% 29,05% 25,25% 15,18% 11,10% 1,68% 7,02% 6,26% 3,10%
Totaux Vienne 17966 43,89% 43,89% 2,76% 97,24% 1,40% 26,61% 28,84% 15,44% 11,54% 1,34% 6,22% 5,88% 2,73%
Twitter
Recherche
Galerie photo
Archives