Militant de la droite lyonnaise

Thierry Kovacs

Logo jeunes populaire fédération de l'isère

Hier se tenait le 5° conseil municipal de l’année 2011. Parmi les points abordés, une délibération portait sur le maintien d’un des adjoints issu de la majorité.
Une décision difficile mais nécessaire. Il devenait urgent d’assainir un environnement « malsain » imposé par un groupe élus détourné de leur mission communale d’intérêt général.
Nous espérons ainsi que ce recadrage permettra un retour rapide aux préoccupations des viennois et aux valeurs de notre mouvement
Dans ces conditions, nous nous réjouissons que M. Remiller poursuive son mandat avec courage et détermination. Depuis 10 ans, il mène un combat sans égal pour l’amélioration du cadre de vie des viennois.
À ce titre, nous réaffirmons notre entier soutien au député-maire Jacques Remiller et nous l’encourageons à poursuivre son action.

L’équipe des jeunes populaires de Vienne

Le conseil municipal du 9 novembre vient de se terminer avec l’épineuse question, mais néanmoins purement administrative et juridique (voir article L2122-18 du code général des collectivité territoriales), du maintien ou non d’un adjoint dans ses fonctions: D’une courte majorité, l’élu a été maintenu à son poste. En vertu de la loi, ses délégations quant à elles sont toujours suspendues.

Je respecte la décision du conseil municipal qui me semble avoir privilégié plus la forme que le fond. Néanmoins, à long terme, je crains que les difficultés ne fassent que s’accumuler. L’exemple le plus flagrant est le cas Advivo qui ne cesse de grossir (salariés allant aux prud’hommes, manifestations, etc.). Et si cela n’était que la partie émergée de l’iceberg ? Il ne faudrait pas que cela vienne parasiter l’action de la majorité en place.

Face à ce risque, il me semble que seul Jacques Remiller soit le seul à même de pouvoir extirper Vienne du gouffre dans lequel la ville risque de tomber, et je profite de cette note pour lui apporter mon soutient le plus total.

Panneau sans issue

Suite aux résultats des élections internes de l’UMP pour la 8eme circonscription de l’Isère, nous souhaitions réaffirmer notre soutien le plus total à notre député maire Jacques Remiller. La campagne des élections internes menée par Monsieur Julien De Leiris, Thierry Kovacs et son équipe n’est pas digne des valeurs que nous souhaitons incarner aujourd’hui, et demain au sein de l’UMP.

Il est aberrant et inadmissible de voir apparaître sur les listes de Monsieur De Leiris pas moins de 10 salariés de l’organisme Advivo (organisme présidé par… Thierry Kovacs et au sein duquel Monsieur De Leiris exerce également des responsabilités).

Nous dénonçons avec la plus grande fermeté ce genre de manœuvres politico sociales qui n’ont pour seules conséquences que de faire avancer le Parti Socialiste et de dégoûter les jeunes d’entrer en politique.

Aujourd’hui, plus que jamais, notre devoir est de soutenir sans relâche Jacques Remiller, car nous estimons qu’il est et reste légitime dans l’application de la politique du Président de La République, Nicolas Sarkozy.

Les prochaines échéances sont trop importantes pour se tromper de personnes !

L’équipe des Jeunes UMP de Vienne.

Logo de l'UMP

« Une honte », « un scandale », « une parodie de démocratie ». Voilà des mots que l’on pouvait entendre dimanche après midi à la sortie des urnes. La raison à cela, un putsch venant d’Advivo, qui à remporté les élections internes dans la 8e circonscription de l’Isère. Une victoire large, trop large pour que l’on ne se pose pas des questions. Car, oui, j’en ai l’intime conviction, ce n’est pas la victoire d’un homme ou d’un courant, mais d’un système, le système Advivo. En effet, j’aimerais que l’on m’explique :

  • Pourquoi une dizaine de salariés d’Advivo se présentaient dans cette élection ?
  • Comment expliquer cette mobilisation en masse de bénéficiaires de logements sociaux ou des salariés d’Advivo?
  • Comment des personnes inconnus, complètement invisibles lors des dernières élections peuvent rassembler autant sous leur seul nom ?

Adhérent depuis la création de l’UMP en 2002, j’ai toujours milité par conviction, par adhésion à des valeurs, Gaullistes. Ce genre de pratiques, dignes du système Guerini, est contraire à mon engagement militant, je ne peux pas cautionner cette parodie d’élection. Je ne servirai donc pas ce système, qui ne représente pas l’UMP et qui risque de détruire notre mouvement. Néanmoins je continuerai à militer pour défendre mes convictions et mes valeurs au sein de l’UMP, des jeunes pop Viennois, avec les seules personnes légitimes à mes yeux. Car l’UMP, la 8e circonscription et Vienne a tout à perdre avec ces militants fantômes seuls aux commandes.

Si vous suivez l’actualité politique, du moins micro-politique, vous n’êtes pas sans savoir que la réunion interne de la 8° circonscription de l’Isère de l’UMP a été légèrement houleuse de part le débat concernant l’intérim de Jacques Remiller.
J’ai vraiment été déçu par ce non choix fait par notre président lors de cette réunion. Car peu importe l’homme il aurait fallu trancher. Et trancher avant Mercredi ! J’étais venu pour entre parler des européennes, et des élections à venir, j’ai été déçu.
Quand au faux débat sur les pro et anti-Carignon, de grâce, arrêtez avec ça ! Il faut tirer un trait là dessus, nous sommes à Vienne, pas à Grenoble
Une chose est sûre, le problème n’est pas tant d’assurer l’intérim de Jaques, mais surtout de le faire revenir dans notre famille politique, par le maintient du TGI de Vienne par exemple.
J’espère donc que les prochaines réunions se ferons avec Jacques, mais aussi au sujet des élections !

Twitter
Recherche
Galerie photo
Archives