Droite progressiste

Mes derniers articles à la une :

Mes derniers Tweets :


Me suivre :

Flux RSS du siteMe suivre sur TwitterMe suivre sur FacebookMe suivre sur LinkedinMe suivre sur Viadeo

 

Qui suis-je :

Aurélien WILLEMÂgé de 35 ans et habitant Bonnefamille (Isère), je travaille depuis plusieurs années dans l’informatique à Lyon.

Je me suis engagé en politique en 2002, suite à l’électrochoc du 21 avril. Cet engagement m’a valu d’être élu étudiant (CEVU et Conseil UFR), mais également d’être responsable jeune UMP dans la 8e circonscription de l’Isère (de 2010 à 2011). J’ai été également mandataire financier pour les élections cantonales de 2011 et législatives de 2012, toujours derrières des candidats UMP. Je me suis régulièrement engagé localement, sur Vienne (Isère) d’où je suis originaire, mais aussi sur Lyon où j’ai vécu plusieurs années.

Aujourd’hui, j’ai pris du recul sur ma famille politique, je reste néanmoins ancré à droite, une droite progressiste, attaché à mes valeurs de Gaulliste social, humaniste et europhile. J’ai soutenu Alain Juppé durant la primaire ouverte de la droite et du centre en 2016.

Quoi de neuf dans la blogosphère de droite :

Gagnant et perdants

M. Macron a gagné son pari : son gouvernement disposera, à l'Assemblée Nationale, d'une majorité absolue de députés appartenant au parti présidentiel. C'est un gage de stabilité et, je l'espère, d'efficacité pour conduire les réformes dont notre pays a tant besoin. Mais les perdants sont nombreux. D'abord la démocratie, affaiblie par une abstention d'un niveau jamais vu dans une élection législative. On pourrait se rassurer en se disant que nombre d'électeurs ne se sont pas déplacés parce qu'ils considéraient que la partie était jouée. Mais cet argument ne peut être invoqué pour le premier tour qui avait déjà connu une abstention record. ... lire la suite ...

lundi 19 juin 2017

Source : Alain Juppé

Hommage à Helmut Kohl

La disparition d'Helmut Kohl me touche profondément. J'avais pour lui une grande estime et une amitié sincère. Ce fut un grand Allemand qui eut l'audace de saisir le moment historique de la réunification de son pays, malgré les hésitations et les craintes des plus timorés, en Allemagne comme en Europe et notamment en France. Ce fut un grand Européen. Dans les entretiens entre le Président Chirac et lui auxquels j'ai assisté en tant que Premier Ministre ou dans les échanges que nous avons eus lui et moi, j'ai constaté qu'il savait souvent faire passer l'intérêt de l'Europe avant les considérations nationales. Dans ... lire la suite ...

vendredi 16 juin 2017

Source : Alain Juppé