Droite progressiste

Depuis 1974, le débat d’entre deux tours est une institution entre les deux finalistes de l’élection présidentielle. S’il donne lieu à une joute verbale et des répliques devenues célèbres, le débat est rarement décisif. Le débat d’hier soir dérogera sans doute à la règle tant il fut pitoyable.

En effet, pour un débat réussi, il faut deux personnes présidentiables, et malheureusement, hier soir nous n’en avons eu qu’un seul : Emmanuel Macron. Face à lui, nous avons eu le spectacle d’une Marine Le Pen indigne de la fonction présidentielle, qui a tiré vers le bas ce débat.

Je parle volontairement de spectacle, car la prestation de la candidate d’extrême droite n’a été qu’une (trop) longue série d’invectives, de caricatures, d’approximations quand ce n’est pas de mensonges. Marine Le Pen n’a jamais détaillé son projet, a mélangé les sujets, préférant la petite phrase, la pique, l’agression de son interlocuteur. S’il pouvait avoir un doute sur l’incapacité du FN à exercer le pouvoir, le débat d’hier soir en a été la meilleure preuve !

Au contraire, Emmanuel Macron a été calme, il a su démontrer les incohérences et l’incompétence de Marine Le Pen. Mais surtout, Emmanuel Macron a été pédagogue dans l’explication de son programme. Économie, protection sociale, pouvoir d’achat, Europe, santé, sécurité, l’éducation, Emmanuel Macron a montré sa connaissance des dossiers et la cohérence de ses propositions.

Au final, la leçon de ce débat est qu’il a permis à Emmanuel Macron de se construire une stature présidentielle, et j’espère qu’il aura permis aux personnes hésitantes, à celle qui pouvaient s’abstenir ou de voter blanc de voter pour Emmanuel Macron ce dimanche 7 mai !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recherche
Twitter