UMP Lyon, Droite Sociale Rhône

Silvain Laignel

Après avoir relayé l’information dans cette note :Après sept ans d’investigations : mises en examen pour des élus de l’ère Mermaz, voilà les suite de l’affaire :

Après sept longues années d’investigations et l’ouverture d’une information judiciaire pour délit de favoritisme, huit proches de Louis Mermaz, l’ancien maire PS de Vienne, devront bel et bien répondre de « favoritisme », « faux », « recel » ou « complicité » devant le tribunal correctionnel de Grenoble. Ainsi en a décidé la juge d’instruction grenobloise, Anne Triolet, qui vient de renvoyer devant la justice les huit mis en examen dans l’affaire dite des marchés publics de la ville de Vienne.

[...]

Il s’agit d’élus de l’ère Mermaz, de fonctionnaires et de chefs d’entreprise viennois.
Parmi eux, trois personnalités de la municipalité de Louis Mermaz : Gérald Eudeline, alors premier adjoint et président de la commission d’appel d’offres, Joël Grabarczyk, adjoint aux finances et membre de cette même commission et Gilbert Frenay, adjoint chargé au logement, également membre de la commission. On retrouve aussi deux de ses plus hauts collaborateurs à la mairie : Jean-Mary Lamarche, alors directeur des services techniques de la ville, et Jean-Michel Capelle, alors responsable service achats de la municipalité.

[...]

Bien entendu, comme tout citoyen, les personnes renvoyées en correctionnelle bénéficient de la présomption d’innocence.

Lire la suite ici.

A noter que parmi les personnes renvoyées en correctionnelle, une d’entre elle figurait sur la liste socialiste aux dernières élections municipales. D’ailleurs, l’ancienne tête de liste Mr Laignel ne manquait pas de compliment à son sujet : Gérald Eudeline, « le respect et l’expérience ».

Partager/Enregistrer

Si vous cherchez un invité pour vos diners du mercredi, vous pouvez toujours chercher dans l’opposition des plus grotesques lorsqu’il s’agit de monter au créneau ou de faire des déclarations fracassantes.

La dernière blague de mauvaise fois en date au niveau local concerne la fausse polémique sur le coût des vœux de la mairie de Vienne dont font écho la presse locale, et même la tribune de Vienne tant décriée par ailleurs à gauche. Comme quoi à ce sujet il faut croire qu’une fois de plus la mauvaise fois était de mise. Bref, revenons à nos chèvres, enfin excusez-moi, à nos moutons. Il est reproché à la municipalité de dépenser la même somme que 2008 pour les vœux annuel, vœux auxquels toute la population viennoise est conviée (oui c’est grotesque, mais visiblement c’est récurent avec le PS). Dans l’article de la tribune de Vienne nous assistons donc à un magnifique sketch où chacun tient son rôle : Me Toizet débordant de mauvaise fois, Mr Binet qui ne sert à rien comme d’habitude, et la palme d’or à Mr Laignel qui tente de jouer son rôle de patron en nous expliquant que « avec 12 000€ je fais vivre 3 personnes et j’achète une machine »… Et la marmotte ? Heureusement que ni le salaire et ni la durée n’ont été précisés, c’est vrai après tout, rien de mieux qu’un peu d’économie aléatoire. Heureusement que Mr Laignel n’est pas chef d’entreprise, ça ferait tâche…

Mais bon on est encore très loin de leur championne nationale du rire : Ségolène Royale qui a déclaré ni plus ni moins qu’elle a «inspiré Mr Obama et que ses équipes l’ont copié ». « Yes we can »… Enfin « we can make jokes », car ils peuvent surtout sortir des conneries ! Et encore je ne vous ai pas parlé de leur contre-plan de relance contre productif, mais ça, ça sera pour une prochaine note…

les comiques locaux la comique nationale
En local comme au national, le PS a toujours le mot pour rire

C’est l’histoire d’une tragédie en 3 actes a commencé il y a une semaine avec le vote des militants pour les diverses motions. Le premier acte commence par un flop puisque à peine plus de 51% des militants ont fait l’effort de voter. Une faible participation qui en dit long sur la fracture entre le parti et ses militants. Le résultat quand a lui est tout aussi grotesque puisque aucune motion n’arrive à avoir une majorité. Pire encore, la motion défendue par la direction sortante n’arrive pas en tête. Et pour conclure ce premier acte, Mr Mélenchon représentant l’aile gauche, claque la porte du parti pour aller fricoter avec le NPA.
Entre les 2 actes, un entracte absolument grotesque avec notamment la fausse attente de Mme Royal à dévoiler son jeu et se porter officiellement candidate :« J’en ai l’envie » disais t’elle avant de vraiment se lancer. Comme si l’on en doutait encore, et comme si prendre les militants socialistes pour des imbéciles était la bonne chose à faire.
Vient le 2° acte, celui des complots, trahisons, et autres magouilles purement politicienne : le congrès de Reims. Sensé faire la synthèse des motions avec des visions parfois complètement opposées. Ce dernier a plutôt fait l’étalage des divisions, rivalités et rancœurs des candidats à sa succession avec le départ en cours de négociations de Mme Royal. Bref ce qui devait rassembler a fini par balkaniser complètement le parti et ce malgré les déclarations d’intention.
Le 3° acte arrive la semaine prochaine, et devrait désigner un 1° secrétaire. Mais on se demande où tout ça va finir. J’avoue être circonspect sur l’attitude des cadres du PS plus intéressés par leur carrière personnelle, qu’aux problèmes des Français. En même temps, il n’y a rien de surprenant, depuis quelques temps à quoi rimait l’opposition hormis un conservatisme néfaste pour la France soupoudré d’une série de petites phrases creuses contre le gouvernement ? Avions nous un vrai débats d’idées tel que se devrait être une vraie opposition ? Et ce sont eux qui souhaitent diriger un jour la France ? Nous avons là un parti vide de sens, sans ligne claire, boudé par sa base, tiraillé par son aile gauche historique mais complètement obsolète et par les ambitions personnelles de ces cadres à 100 000 lieux des attentes des Français.
Et ce constat nous pouvons le faire à tous les niveaux, nationale comme je viens de la décrire, mais aussi local : A vienne également la guerre des chefs a bien lieu derrière les sourires d’apparence, mais au lieu d’un « TSS » (tout sauf ségo) c’est un tout sauf Laignel organisé par les historiques et dont Mr Binet devrait récolter les fruits qui a lieu en coulisses. Le décalage avec les militants est tout aussi visible qu’au niveau national puisque le taux de participation était encore plus faible que le national, mais aussi parce les consignes de vote du secrétaire Erwann BINET n’ont pas été écoutées. Enfin, le manque de contre proposition national est également présent au niveau local, participez à un conseil municipal et vous n’y verrez qu’un café théâtre remplis de petites phrases sans intérêts, des départs théâtraux, d’une unique volonté de blocage. Bref, une opposition grotesque ne regardant que son nombril et son intérêt personnel, n’écoutant pas les Viennois, et qui n’assume pas son rôle (absence lors de conseils municipaux, absence lors de manifestation, absence lors des commissions). Pour la partie visible, les manifestation publique, j’en avait parlé lors du salon de l’OMS snobé par l’opposition, mais ça été encore le cas lors du 11 novembre. Bref, il est temps que ça change à tous les niveaux !


Allez, pour se détendre un peu, visitez la PSacademy

Ça pourrait être hommage à James bond, mais pourtant, c’est bien un mauvais film qui tient en halène Vienne et sa région. En effet, après avoir subit un échec cuisant aux législatives, Mr Binet a décidé de se rattraper sur le canton de Vienne Nord, profitant de l’abandon de Mr Eudeline, ça c’est la version officielle. Ce qu’on ne nous dit pas, c’est que du Binet, on risque d’en manger à d’autres sauces, et particulièrement indigestes. On commence donc à la mairie, puisque comme nous vous l’avions indiqué  dans notre précédente note, Mr Laignel souhaite lui laisser les clefs de la mairie, puis sûrement la présidence de la communauté d’agglomération. Bref, on risque fortement de croiser un peu partout cette personne à l’ambition démesurée (ambition que l’on avait dénoncé durant les législatives), mais après tout, quoi de plus normal lorsque l’on a été attaché parlementaire de Mr Mermaz, les chiens ne font pas des chats !

Pour rappel également, chez Mr binet, les manifestations de tout ceci peuvent se retrouver sur son blog. Là bas, comme durant les législatives, point de démocratie, tout point de vue dérangeant est systématiquement effacé (d’ailleurs, depuis peu, il n’est plus possible de laisser de commentaires, comme quoi la vérité dérange vraiment Mr Binet). Il en va de même pour le respect de ses adversaire, il est complètement effacé tant les mensonges prévalent sur le débat d’idée.

Mr Binet, il est donc temps de vous battre pour les habitants du canton de vienne nord, et non pour vos ambitions personnelles ! Habitants du canton de vienne nord, prenez garde, et faites le bon choix dimanche.

Vous avez été nombreux à voter pour la liste de Mr Remiller, plaçant ainsi cette dernière en tête avec 43,83% des suffrages exprimés. A quelques jours du second tour, il faut continuer à se mobiliser, afin de transformer cette dynamique de victoire en victoire pour la ville de Vienne, car la liste de gauche de Mr Laignel est là et prête à tout pour semer la confusion dans les esprits des viennois. Car en plus de se tromper d’élection (les municipales sont des élections locales avant tout, autour d’une liste d’un projet), Mr Laignel trompe les Viennois !

  • Comment faire confiance à un homme qui ne connaît pas la ville de vienne en proposant des choses déjà faites ?
  • Comment faire confiance à un homme qui préfère gérer son entreprise plutôt que la ville de Vienne (cf interview du Dauphiné libéré) ?
  • Comment faire confiance à un homme qui ne propose ni plus ni moins qu’un retour aux années Mermaz, qui je le rappelle ont ruiné la ville de Vienne (9 millions de francs de pertes)

Car oui les principaux risques en votant pour Mr Laignel sont réels :

  • Retour à l’insécurité.
  • Retour à une fiscalité lourde, avec des impôts locaux élevés, à l’heure où l’on parle de pouvoir d’achat, il serait scandaleux que de le voir réduit par des impôts gaspillés dans une gestion hasardeuse et clientéliste.
  • Fuite des entreprises (et donc des emplois).

Ainsi dimanche 16 mars, faites le choix juste pour le futur de Vienne en votant pour la liste de Mr Remiller, Vienne acte 2 tout devient possible.

Twitter
Recherche
Galerie photo
Archives